SAHARIDJ TRIBUNE

Bienvenue sur cet espace d’actualités et d’histoire

Lieutenant Si Mouloud


LIEUTENANT SI MOULOUD AOUAKOUR Hommage

 

amrouchem.jpgSi Moulud Aouakour (photo ci contre) de son vrai nom Amrouche Mouloud est né le 12 décembre 1919 à Tadert Ledjdid (Iouakouren) dans la commune de Saharidj (Daira de M’Chedallah). Après ses études primaires il quitte son village natal pour se rendre à Constantine où il rejoint son frère aîné Ahmed alors responsable local dans l’Etoile Nord-Africaine, puis au PPA. Ce dernier, incarcéré en 1939 à Constantine, est transféré d’abord dans la sinistre prison de Barberousse pour être condamné à 5 ans de prison par le tribunal militaire permanent d’Alger puis à la geôle de Berrouaghia où il succomba sous l’effet de la torture dans sa cellule en 1942. Le jeune Mouloud, subissant l’influence d’un milieu déjà acquis pour la cause nationale et animé d’une ardeur patriotique incomparable, continue le combat de son frère aîné. Tout en exerçant son métier de prothésiste dentaire dans le laboratoire du Dr Djamal Derdour, député du PPA, il milite activement au PPA puis devient, dés le début de 1947, un responsable dynamique dans l’O.S. à Constantine. Recherché par la police française, il fuit cette ville en 1949 pour se réfugier à Jijel chez le Dr Amyar avec qui il a travaillé jusqu’à son arrestation en mars 1950 lors du démantèlement de l’O.S. et jugé à Béjaia, avec 28 autres militants dont Abane Ramadane, il est condamné à 5 ans de prison alors que 6 de ses camarades ont été déportés en France dans les prisons militaires.

Libéré en 1954 dans un mauvais état de santé, il est assigné à résidence surveillée dans son village natal d’Iouakouren d’où il rejoint, en janvier 1955, les rangs de l’ALN dans l’équipe de Krim Belkacem, Chikhi Amar, Ali Mellah et aissablindi21.jpgAbderahmane Mira. Combattant courageux, intelligent et irréprochable, il franchit vite les étapes. A peine incorporé, il devient commissaire politique, puis chef de section et, ayant participé activement au congrès de la Soummam, il est promu lieutenant politico-militaire dans la zone 2, Wilaya III où il est chargé, dans le cadre de ses nouvelles responsabilités, de plusieurs missions importantes dont l’inspection générale des différentes zones.

Si Mouloud Aouakour est tombé au champ d’honneur dans l’opération Bigeard qui a eu lieu les 27, 28 et 29 juin 1957 au lieu dit Avaznou à Ighil Hamad dans la commune de Saharidj avec Malika Gaïd et 55 de ses compagnons de lutte.


7 réponses:

  1. merci de penser a cet homme assez courageux et un homme qui a sacrifie sa vie pour ce maleureux pays

  2. Amarouche écrit:

    c un énorme plisir de voir qui pense a cet homme qui a fait l’histoire de cette region

  3. Amarouche écrit:

    «  »Si nous venons à mourir défendez nos mémoires »"
    Didouche mourad
    alors mérci bq de rendre omage un myte régionale

  4. Djoudi Attoumi écrit:

    Oui je l’ai connu et apprécié en tant qu’ancien lieutenant de la Zone 2. Il passait souvent nous rendre visite au PC de la Zone, dont le chef était Oudek Arab 1956-1957. Il était un patriote convaincu, courageux et très strict. Il avait la rigueur. D’ailleurs, on le voit souvent en photo avec Amirouche, Krim, Mohamedi Said etc..
    Il y a une quinzaine d’années, j’ai participé à un hommage qui lui a été rendu à Rafour, en présence de son fils qui était médecin d’ailleurs. Je me prépare à lui rendre hommage, ainsi qu’aux autres héros dans le cadre d’un livre sur « les hommes de gloire » en préparation.

  5. hamadache ouali écrit:

    lah yarhem chouhada tanmirt

  6. latamene écrit:

    CNE En retraite combien j’ai aimé son histoire de bravoure et de combat jusqu’a sa derniere minute tombé au champ d’honneur en 1957 et évaccué au village de selloum avec ses accompagnons ayant deux enfants un fils qui est le premier Doct.hop de beni messous en GASTROLOGIE et notre village est bombardé le 04.11.1958 par les traitres de la révolution et les harkis a l’aide des canons de 60mm installés à maillot+les avions donc le village est desert afin que nos soldats ne trouveront rien à manger mais chez les algériens y a tjr systeme D et le combat continu sans relache jusqu’a la fin donc on ne devait pas oublier cette misére et en particulier nos martyrs VIVE L’ALGERIE ET GLOIRE AUX MARTYRS

  7. Hosting écrit:

    Dans cette trois troisieme et derniere partie, on retrace justement le deroulement de cette bataille, la mort au maquis de l’heroine Malika Gaid et enfin du lieutenant Si Lmouloud. Il a ete propose par la moudjahida Khadidja Lesfer Khiar, dite Dania, infermiere et temointe de la bataille.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

la classe de chamayou |
themes |
La Varenne cm1 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | BEKALTA
| Dylan the show
| Alain, Loue tout