SAHARIDJ TRIBUNE

Bienvenue sur cet espace d’actualités et d’histoire

  • Accueil
  • > Saharidj se souvient du chahid Zamoum et fête ses lauréats
Saharidj se souvient du chahid Zamoum et fête ses lauréats

SAHARIDJ COMMEMORE LA MORT DE SI SALAH ZAMOUM ET FETE SES LAUREATS

 sisalahzamoum.jpg 

           Le 20 juillet  1961 est tombé au champ d’honneur  dans la commune de Saharidj (W. de Bouira) le colonel Si Salah avec ses camarades, Aouchiche Boudjemaa, Gherbi Chérif et ses autres campagnons dans une embuscade tendue par le Capitaine Gaston et son commando de chasse.  Pour perpétuer sa mémoire et à l’occasion du 48e anniversaire de sa mort,  M. Said Abadou secrétaire général de  l’Organisation nationale des moudjahidine (ONM) a, après un recueillement et la lecture de la fatiha au mémorial des chouhada de l’aarch amchedal sis au chef lieu de la commnue de Saharidj, inauguré le 20 juillet 2009  une stèle érigée en signe de reconnaissance au combat de l’homme et son dévouement à la lutte de libération nationale et ce  en présence de Youcef khatib, colonel de la wilaya IV historique, des membres de sa famille, de plusieurs personnalités historiques et des autorités locales civiles et militaires  de la wilaya.

          Cette manifestation a été aussi l’occasion pour organiser  une conférence-témoignage  à  la     maison de l’Aach sur le parcours du chahid Si Salah animée par le docteur Youcef Khatib.

         En effet  après l’allocution de M. Said Abadou qui a rappelé brièvement  les péripéties de la guerre de libération nationale et le rôle déterminant joué par la population  pour un soutien indéfectible de ses combattants,  la parole est donnée à Si Hassen (Dr Youcef Khatib) colonel de la wilaya IV historique pour retracer le parcours révolutionnaire du Chahid  Mohamed Zamoum sous une affluence nombreuse et une écoute attentive  :

zamoum.jpg« Mohamed Zaamoum connu sous le nom de Si Salah est né le 29 novembre 1928 à Aïn Taya, dans la banlieue  d’Alger. Après  ses études primaires, il est contraint de quitter l’école après la mort de son père  pour aller  travailler  comme secrétaire  à la mairie de d’Ighil Oumoula (Tizi-Ouzou). Il débuta très tôt son activité politique en adhérant au PPA puis  devient membre de l’Organisation Spéciale. Il  participe activement  aux  préparatifs  du 1er Novembre 1954 dans la région Kabyle. En 1955 il se rend  en compagnie d’Ouamrane  à Palestro pour organiser cette région et mettre en place les cellules de résistance. Après le congrès de la Soumam, il est nommé membre du conseil de la wilaya IV puis il s’est rendu   en automne  1957 à Tunis pour étudier la question de l’acheminement des armes vers l’intérieur ». Pour ce qui est de l’affaire dite de « l’Elysée »  le  conférencier   a souligné : «  je confirme  devant vous,  car nous devrons dire toute la vérité,   qu’il n’y a pas  eu trahison mais seulement une erreur d’ordre disciplinaire  car Si Salah n’a pas consulté ses responsables hiérarchiques surtout de l’extérieur qu’il considérait un peu trop indifférents aux souffrances  endurées par les combattants dans les maquis lors des différentes opérations de grandes envergures de l’ennemi,  « étincelles, courrois, jumelle… ».  

          Plusieurs personnalités historiques se sont succédées pour porter un témoignage vivant sur le chahid.

          Pour clore cette manifestation commémorative, le  Secrétaire général de l’ONM  et la délégation qui l’accompagne ont profité de cette opportunité pour  primer et  fêter les  lauréats et autres élèves les plus méritants sélectionnés à l’issue des épreuves  du baccalauréat, du BEF et de la 5e  de cette année dont les premiers prix  reviennent à Djamaa Kaci pour le bac, ABBAS Djedjiga pour le BEM et HAMICHI Sonia pour la 5e. Les élèves qui ont appris le saint coran ont été également  récompensés  à cette occasion.

         Il est à noter enfin que le secrétaire général de l’ONM a inauguré à M’Chedallah, chef lieu de la daira, le musée du moudjahid, une ancienne caserne de la gendarmerie coloniale, centre d’interrogatoire et de torture, entièrement restaurée.

          Dans la soirée, la  ville de Saharidj  à l’est de la wilaya de Bouira a vibré durant toute la  soirée du 21 juillet  au rythme d’un grand gala  antistatique et la présentation d’une  nouvelle pièce de théâtre « l’djaïr tamurt negh matchi tamurt meden » présentée par  la troupe  théâtrale locale pour enfants sous la direction de M.Fechtah Lounis, initiés  par l’association des activités de jeunesse de Saharidj en collaboration avec l’APC pour fêter  les lauréats et les autres élèves admis aux examens du baccalauréat, du BEM et de la 5e qui ont été, rappelons-le,  récompensés pendant la  journée  dans une cérémonie de distribution de prix par le secrétaire général de l’organisation national des moudjahidine, M. Said Abadou et les membres de sa délégation en visite de travail ce jour dans la commune de Saharidj.

          L’événement, qui s’est produit dans une ambiance festive estivale sur la place publique  archicomble, a été l’occasion au public saharidji venu très nombreux   pour redécouvrir  les jeunes  chanteurs locaux dans leurs nouvelles créations en l’occurrence Soualah Yahia, Chair Djamal et Abbas Mourad mais aussi de faire connaissance avec les jeunes artistes venus de Tizi-Ouzou et d’Akbou dans la willaya de Béjaia à savoir Megdadi Moumouh, Boualem et Takfarinas Amachtouh qui se sont déplacés pour égayer cette manifestation.

          La soirée, très réussie et sympathique,  a été clôturée  par le tirage de la tombola traditionnelle  organisée en pareilles  occasions.

                                                                                                                                     Madjid Laouari


3 réponses:

  1. AISSAOUI RACHID écrit:

    ellah yarhem echouhada

  2. si moussa écrit:

    pour toi Mr Laouari tu fait ce que ta cotience te dicte merci .pour ce qu i est du chahid Zamoume . je dis au conferancier ITABTAB
    1ER zamoume est mort le 21:07:1961 et non 1959 , cetait juste a pres sons retour de paris. des dires qu il a etais retoucer mort mains liér

  3. massinissa écrit:

    c’est pour quand les vérités serons vrais on Algérie je pense que personne n’est saint et personne n’est musulman car cacher l’histoire c’est de tué des génération a venir

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

la classe de chamayou |
themes |
La Varenne cm1 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | BEKALTA
| Dylan the show
| Alain, Loue tout